Sièges « en société » : l’exposition du Mobilier National

Sièges « en société » : l’exposition du Mobilier National

PARTAGER

Une vénérable institution…..

Le Mobilier National est l’héritier du Garde-Meuble Royal, crée par Henri IV en 1604 et réorganisé par Louis XIV et Colbert, en 1663, puis du Mobilier Impérial (1804- 1870). A la chute de l’Empire, en 1870, l’institution prend le nom de Mobilier National. Depuis 1937, les ateliers sont installés sur les anciens jardins de la Manufacture des Gobelins, dans le XIIIe arrondissement de Paris. C’est dire si elle survit dans le temps, toujours au service de l’ameublement des lieux de la royauté et de ceux de la République. Plus encore, dès 1964 , et à l’initiative d’Andre Malraux, un atelier de recherche et de création est chargé d’étudier et de réaliser des meubles et objets mobiliers. On y voit les griffes des plus grands designers, comme Paulin, Starck, Wilmotte, Peduzzi, Dubuisson, Bouroullec, Crasset, Pillet, Arik Lévy etc.

…..au service du mobilier 

Cette vénérable institution protège, restaure et « fabrique des meubles puissants par des artisans puissants » selon Jacques Garcia, décorateur et scénographe de l’exposition « Sièges en société ». En effet, le Mobilier National s’occupe de près de 200 000 objets, mobiliers et textiles, comme les tapisseries, les tapis, ou les revêtements des sièges. Tout un trésor reçu en héritage, et qui permet de maintenir des savoirs faire séculaires: sept ateliers se partagent restauration et création: ébénisterie, menuiserie en sièges, lustrerie-bronze, tapisserie d’ameublement, tapisserie décor, restauration de tapis et de tapisserie.
L’exposition « Sièges en Société », elle, expose deux siècles d’histoire de l’art du siège, avec plus de 300 pièces issues des réserves du Mobilier National, pièces mises en situation et réparties en plusieurs sections. Pour les amoureux du design et de la décoration, pour ceux qui s’émerveillent devant la beauté des réalisations issues de gestes ancestraux de l’artisanat d’art, cette exposition est à voir, absolument!

Fauteuil issu de la réserve
Bureau du Ministre de la Culture – Travail de l’Atelier Chaix et Morel
Fauteuil en bois doré et tapisserie de de Beauvais, bois de Paul Follot et carton de Jean Weber – Les Contes de Perrault « La Belle au Bois Dormant »
Bureau du Ministre de la Culture : bureau en béton et acier, d’après Salomé de Fontainieu (née en 1973), réalisé par l’Atelier de Recherche et de Création du Mobilier National. Tapis tissé à la Manufacture de la Savonnerie d’après les cartons de l’artiste brésilien Julio Villane
Rocking-chair réalisé par l’Atelier de Recherche et de Création du Mobilier National d’après un projet de Richard Peduzzi, designer, constitué par une seule bande de bois de merisier moulé, se déroulant comme un ruban
Production de l’Atelier de Recherche et de Création du Mobilier National d’après un modèle du designer Christophe Pillet. Ce fauteuil est installé chaque année au centre de la tribune présidentielle, place de la Concorde, lors du défilé du 14 juillet
Fauteuil du bureau du Président de la République, ici en réfection (2014). Fauteuil simple de style Louis XVI et datant du XXe siècle
Le même fauteuil derrière le bureau – Cabinet du Président de la République

Sièges en Société, du Roi Soleil à Marianne,

43 avenue des Gobelins   PARIS 75013

du 25 avril au 24 septembre 2017

www.mobiliernational.fr

PARTAGER
Article précédentComment aménager une chambre - dortoir pour enfants?
Historienne de l'art, je suis passionnée par toutes les formes artistiques - architecture, peinture, sculpture, mobilier . J'aime aussi aller à la rencontre de nouveaux talents, qu'il s'agisse d'artistes peintres ou de jeunes designers, pour les faire connaître et les soutenir dans leur démarche artistique. Pour moi, le blog designfolia se prête à toutes les envies, à toutes les folies. J'aime la littérature.... et les arts décoratifs. J'aime étudier, observer l'évolution des objets, du mobilier des siècles passés à l'époque contemporaine. Ecrire dans le blog designdolia est un véritable plaisir.

SANS COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE