Une exposition remarquable : Alberto Giacometti, aux Capucins de Landerneau

Une exposition remarquable : Alberto Giacometti, aux Capucins de Landerneau

PARTAGER

Le Fonds Hélène et Édouard Leclerc pour la Culture, en partenariat avec la Fondation Giacometti Institut, propose aux Capucins de Landerneau (Bretagne), une exposition remarquable consacrée à l’œuvre protéiforme de Giacometti, artiste majeur du XX ème siècle (1901- 1966). Peintre et sculpteur de génie, Giacometti, à la croisée et réceptacle des langages artistiques de son époque, novateur de génie, peut être aussi admiré pour sa quête philosophique et poétique incessante. Enfermé dans son atelier du 14 ème arrondissement de Paris, sa  » caverne platonicienne », il travaille tout le temps, et ne sort jamais, sauf tard dans la nuit. Il cherche, Giacometti, sans relâche, à voir le monde extérieur sans écran, à voir le visage humain sans le masque qui le cache ou le brouille, à voir, et à représenter.  » Le problème pour moi est de savoir pourquoi il m’est impossible de faire ce que je veux faire. Tous les soirs, je tente de savoir ce que je vois et pourquoi je n’arrive pas à le représenter!  » Mais c’est à travers l’échec que peut apparaître le « dévoilement » de la réalité et de la vérité.
L’exposition présentée à Landerneau, dans un site chargé d’histoire, comporte des pièces majeures de l’œuvre de Giacometti, dont « l’Homme qui marche »,( 1960) saisissant dans dans son effacement corporel, dans son manque d’épaisseur, ou bien « la Femme Cuillère » (1927), figure de taille humaine, relevant de l’art tribal africain, dont la vision symbolique dit beaucoup de choses….Au total, 150 œuvres, mises en scène dans une approche chronologique et thématique, dans une volonté pédagogique et artistique affirmée!

Photos prises lors de la visite de l’exposition

FullSizeRender-6
Femme à la Cuillère (1927)
FullSizeRender-9
Tête de femme (Flora Maya – 1926)
FullSizeRender-8
Fil tendu – Fleur en danger – 1932
FullSizeRender-10
Femme au chariot – 1945
FullSizeRender-12
Tête d’homme sur socle (1949 – 1951) « Ne pas représenter quelqu’un comme on le connaît, mais comme on le voit »
FullSizeRender-14
Nus debout sur socle – 1953
FullSizeRender-15
Paysage noir (Stampa), huile sur toile – 1953
FullSizeRender-16
Femmes de Venise – 1956
FullSizeRender-17
L’Homme qui marche – bronze 1960
FullSizeRender-13
Grande tête – plâtre peint 1960
FullSizeRender-11
Caroline en larmes – 1962

Comme l’écrivait Cocteau, un des amis de Giacometti, lorsqu’il essayait de définir la poésie:  » L’espace d’un éclair nous voyons un chien, un fiacre, une maison, pour la première fois. Voilà le rôle de la poésie. Elle dévoile dans toute la force du terme. Elle montre nues, sous une lumière qui secoue la torpeur, les choses surprenantes qui nous environnent et que nos sens enregistrent machinalement….. » Voilà ce que provoque sur nous l’art de Giacometti.

giacom10
Alberto Giacometti en son atelier du 14è arrondissement – Paris – photo de Robert Doisneau

www.fonds-culturel-leclerc.fr

L’exposition est prolongée jusqu’au 1er novembre 2015

PARTAGER
Article précédentPourquoi pas du bleu en hiver?
Prochain articleQuels objets intelligents pour les enfants?
Historienne de l'art, je suis passionnée par toutes les formes artistiques - architecture, peinture, sculpture, mobilier . J'aime aussi aller à la rencontre de nouveaux talents, qu'il s'agisse d'artistes peintres ou de jeunes designers, pour les faire connaître et les soutenir dans leur démarche artistique. Pour moi, le blog designfolia se prête à toutes les envies, à toutes les folies. J'aime la littérature.... et les arts décoratifs. J'aime étudier, observer l'évolution des objets, du mobilier des siècles passés à l'époque contemporaine. Ecrire dans le blog designdolia est un véritable plaisir.

SANS COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE